En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Tester les composants de câblage, un impératif (trop) souvent négligé

Par Thierry Besrest, Sales Data Center France de Rosenberger OSI

Publication: 19 juin

Partagez sur
 
Avec la multiplication des data centers dans le monde entier, corolaire de la croissance du cloud et des réseaux haut débit, la demande pour les infrastructures de câblage ne cesse de croître, alimentant un marché dynamique...
 

Comme dans tous les secteurs de l’industrie high tech, tous les composants et matériels de câblage doivent respecter des normes précises, afin de garantir qu’ils possèdent la qualité et les performances requises.

Or de ce point de vue, le marché du câblage est atypique dans de nombreux pays, car beaucoup d’entreprises et d’opérateurs de data centers ne contrôlent pas scrupuleusement les performances de tous les composants de câblage qu’ils utilisent. Et acceptent donc d’installer des composants non conformes aux normes.

Selon plusieurs études récentes, menées en particulier par Fluke Networks et l’association américaine CCCA, 70% des cordons de brassage cuivre disponibles aujourd’hui sur le marché par exemple ne sont pas conformes aux normes. Le phénomène se reproduit dans une moindre mesure pour le câblage fibre optique, en partie car avec beaucoup de composants fibre non conformes, les connexions ne fonctionneront plus du tout dans la plupart des cas.

Cette tendance est alimentée par une pression continue sur les prix, certains composants non conformes pouvant s’afficher 3 à 4 fois moins chers que les mêmes composants conformes.

Quelles sont les conséquences de cette non-conformité ? Dans certains cas, le réseau ne pourra plus fonctionner, en raison d’un taux d’erreurs trop important. Mais dans la plupart des cas, il fonctionnera simplement en mode dégradé, en offrant des débits de transmission inférieurs au réel potentiel des équipements actifs installés, passant de 1Gbit/sec à 100 Mbit/sec par exemple. Cette dégradation des performances sera difficile à déceler par les utilisateurs, mais il en résultera des temps de réponse allongés pour les applications, qui pourront se traduire en coûts cachés par des milliers d’heures de travail perdues par an dans certaines entreprises.

Comment dès lors tester et valider les performances des composants de câblage pour vérifier qu’elles sont bien conformes aux normes requises ? Les utilisateurs ont le choix entre trois stratégies.

Premièrement, demander systématiquement pour chaque composant sélectionné un échantillon au fabricant, puis le tester eux-mêmes via un prestataire spécialisé.

Cette démarche, la plus simple, s’impose au moins pour de grands projets, surtout si le choix des composants a été fait en premier lieu en fonction du prix, par un Service Achats par exemple qui ne connait absolument pas les différences de performances des produits qu’il achète.

Deuxièmement, mettre en place pour les composants de câblage un véritable processus de « benchmarking », comme celui employé pour les équipements réseau actifs. C’est-à-dire évaluer une sélection de fournisseurs sur la base d’un cahier des charges fixant des critères précis de performances testées et validées, et de qualité (garantie, services de support, voire formation des techniciens). Puis choisir parmi les fournisseurs évalués la solution affichant le meilleur ratio performance/qualité/prix.

Troisièmement, démarche la plus exclusive, établir pour les composants de câblage un cahier des charges contenant des exigences allant au-delà des normes en vigueur en termes de performances et de qualité.

Cette démarche, qui garantit un niveau élevé de performances, impose un strict processus de test et de validation, mais élimine d’office un certain nombre de fournisseurs potentiels.

En adoptant l’une ou l’autre de ces démarches, et en s’assurant que ses composants proviennent de fournisseurs réputés pour leur qualité et leurs procédures de test, l’entreprise ou l’opérateur de data center pourra s’assurer de profiter de toutes les performances qu’il est en droit d’attendre de son infrastructure de câblage mais surtout de ses équipements réseau actifs.

http://www.rosenberger-osi.com

Suivez Electronique Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Electronique Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: