En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Ultimaker : 42% des entreprises françaises ont déjà adopté l’impression 3D

Publication: 20 novembre

Partagez sur
 
La première étude d’Ultimaker démontre le fort potentiel de croissance de l’impression 3D en France et à l’international...
 

Ultimaker, le leader mondial de l’impression 3D de bureau, dévoile aujourd’hui sa première étude annuelle “3D Printing Sentiment Index”. Menée dans 12 pays par le cabinet d’études international Savanta, elle révèle l’état des lieux et le potentiel de croissance de la fabrication additive pour un large éventail de secteurs professionnels. A cet égard, l’étude démontre que la France est l’un des principaux pays où les attentes et les investissements en impression 3D sont les plus élevés.

Une notoriété et un taux d’adoption qui se confirment

Selon le “3D Printing Sentiment Index”, les professionnels issus des Pays-Bas, de la Suisse et des Etats-Unis sont les plus familiers avec l’impression 3D avec des taux de notoriété avoisinant respectivement les 83, 82 et 77%. Abritant plusieurs sièges sociaux d’entreprises spécialisées dans l’impression 3D, les Pays-Bas sont d’ailleurs considérés comme l’un des chefs de file de la fabrication additive. En Suisse, l’impression 3D connait une belle croissance notamment dans les secteurs manufacturiers et de la recherche, domaines où la technologie est particulièrement sollicitée.

En France, 70% des professionnels déclarent bien connaitre la technologie d’’impression 3D. De même, 42% des entreprises ont adopté la fabrication additive (dont 7% il y a plus de 5 ans). Des chiffres qui font que l’Hexagone arrive en seconde place en matière de maturité pour l’impression 3D, juste derrière la Chine (avec 53% d’entreprises qui ont intégré la fabrication additive, dont 11% avant 2014).

« Les sentiments des utilisateurs créent un véritable effet domino. En effet, un ressenti positif vis-à-vis de l’impression 3D conduit à des comportements qui encouragent son développement, à une hausse des investissements et permet donc au marché d’enregistrer une croissance significative et durable », déclare Rohit Jhamb, Directeur Global Research & Analytics chez Ultimaker. « Unique en son genre, l’étude Ultimaker combine la perception des utilisateurs finaux à des indicateurs macro-économiques. Ainsi, elle offre un aperçu inégalé de l’écosystème actuel et du futur de l’impression 3D et démontre que la technologie est loin d’être un effet de mode. Pour les professionnels qui hésitent encore à adopter l’impression 3D, l’étude prouve que les retours sur investissement sont garantis », conclut-il.

Des investissements qui se multiplient à l’international

Actuellement, les entreprises françaises ont principalement recours à l’impression 3D pour le prototypage, la fabrication d’outils de production et la réalisation de pièces finales. Les professionnels sont enthousiastes vis-à-vis de la technologie. Ainsi, 81% d’entre eux pensent que l’impression 3D encourage l’innovation et 72% considèrent qu’il s’agit de la méthode la plus efficace pour fabriquer des produits et composants en petites séries. Convaincus des bienfaits de la fabrication additive, les professionnels augmentent naturellement leurs investissements. A ce titre, la Chine, l’Inde et les Pays-Bas sont les 3 pays qui investissent actuellement le plus dans la technologie et qui prévoient les plus gros placements dans l’année à venir.

“La fabrication additive entre dans un âge d’or en Chine. Après des années des développement, les entreprises ne voient plus la technologie comme un simple concept novateur mais comme un outil indispensable pour la modernisation des industries manufacturières », déclare Wang Peng, Secrétaire Général de l’Alliance pour la fabrication additive de Chine

« Nous nous sommes toujours souciés d’être au plus près des utilisateurs finaux. Ainsi, nous veillons à proposer des solutions fiables et accessibles qui permettent aux professionnels d’avoir des retours sur investissement rapides avec l’impression 3D », déclare Jos Burger, PDG d’Ultimaker. « Ultimaker est la seule entreprise qui offre un écosystème ouvert de machines, logiciels et matériaux. Grâce à une solution complète qui s’intègre parfaitement dans tout flux de travail existant, nous encourageons le potentiel de croissance de la fabrication additive et le développement d’une production digitale et locale », conclut-il.

Méthodologie

Savanta Group, cabinet d’études indépendant a mené cette étude pour le compte d’Ultimaker du 1er août au 30 septembre 2019 dans trois régions : l’Europe, l’APAC et l’Amérique du Nord. Au total, 2 548 professionnels qualifiés appartenant à divers secteurs clés ont répondu au sondage. L’étude a été réalisée en ligne dans 12 pays et en 8 langues. Le panel comprend des individus travaillant à temps plein ou à temps partiel et ayant entre 18 et 64 ans. L’enquête cible des professionnels travaillant dans les domaines : de l’éducation, de l’automobile et de l’aérospatial, de la fabrication, de l’architecture et du bâtiment, de l’industrie des biens de consommation, des technologies de la santé et du médical, du divertissement et de la création.

Le « 3D Printing Sentiment Index » quantifie et regroupe les perceptions des utilisateurs finaux de l’impression 3D et les indicateurs macroéconomiques en une seule mesure. L’indice de référence moyen mondial de 100 a été établi en fonction de 5 critères : la connaissance du marché, l’adoption et l’installation, les indicateurs de croissance de l’impression 3D, la perception de son impact futur, les infrastructures technologiques mises en place et la facilité d’adoption.

http://ultimaker.com/

Suivez Electronique Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Electronique Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: