En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Pourquoi le financement basé sur les données est la clé de la solvabilité

Par Bruno LABORIE chez Tradeshift

Publication: 21 juin

Partagez sur
 
Certains des impacts les plus visibles de la pandémie de COVID-19 sont des bureaux, des usines et des magasins vides, ainsi qu’une augmentation du chômage...
 

Alors que les entreprises de tous les secteurs continuent de chercher des moyens de réduire les coûts et de préserver leurs fonds de roulement, un raz-de-marée financier se profile désormais dans l’ensemble de l’économie.

Le problème commence au sommet de la chaîne d’approvisionnement, où les grandes entreprises qui cherchent à conserver leur fonds de roulement retardent les paiements de leurs fournisseurs. Depuis que l’OMS a déclaré le nouveau coronavirus comme pandémie, les entreprises du Royaume-Uni et d’Europe ont enregistré une augmentation moyenne de 70 % des factures impayées. Même lorsque les factures ne sont pas en retard, les acheteurs attendent la fin du délai de paiement pour payer. Déjà au premier trimestre, le nombre moyen de jours pour payer ses factures en Europe est passé de 30 à 35 jours habituels à 45 jours.

Ces retards de paiement forcent des entreprises par ailleurs saines à entrer en crise. Pour les secteurs tels que le commerce de détail, l’hôtellerie, les voyages et les loisirs, l’impact de COVID-19 équivaut à une crise unique. Cependant, les entreprises dans des secteurs comme la fabrication et la construction ont de nombreuses commandes en cours et un solide portefeuille de commandes futures. Cependant, sans action définitive pour injecter des liquidités dans les chaînes d’approvisionnement, ces entreprises saines, indispensables à une reprise rapide, pourraient être contraintes de procéder à des coupes sombres afin d’assurer leur survie. Pour maintenir la durabilité de la chaîne d’approvisionnement, les acheteurs doivent trouver d’autres moyens de libérer du fonds de roulement en plus de retarder les paiements. Le financement de la chaîne d’approvisionnement est une option à court terme idéale pour soutenir des entreprises saines.

Les pénuries de liquidités affaiblissent les chaînes d’approvisionnement dans tous les secteurs

Il est compréhensible que les acheteurs qui doivent choisir entre l’autopréservation et la solvabilité des fournisseurs choisissent généralement la conservation. Cependant, en tant que membres du même écosystème commercial, les acheteurs et les fournisseurs sont finalement réunis. Les licenciements massifs et les réductions de salaire pourraient entraver la capacité des fournisseurs à rebondir en cas de retour de la demande. Un manque de liquidités pourrait également provoquer une vague de faillites.

Les enjeux sont particulièrement importants pour les entreprises manufacturières. Dans des secteurs comme la vente au détail et l’hôtellerie, le coût de remplacement d’une entreprise qui a fait faillite est relativement faible. Cependant, si un constructeur clé fait faillite, les chaînes de production sont démantelées et beaucoup de connaissances acquises sont perdues. Cela peut prendre beaucoup de temps pour combler le vide dans la chaîne d’approvisionnement, avec un impact sévère sur la production. Dans certains cas, lorsqu’une compétence ou une capacité particulière a disparu, elle disparaît pour toujours.

La plupart des grandes entreprises comprennent que l’instabilité financière des fournisseurs est un risque majeur.

La promesse du financement de la chaîne d’approvisionnement

Dans cette situation difficile, des paiements plus rapides des fournisseurs sont une réponse évidente. Dans de nombreux cas, la mise en œuvre de solution d’optimisation du besoin en fond de roulement de type Reverse Factoring pourrait permettre aux fournisseurs d’être payés encore plus rapidement qu’avant la crise.

Cependant, plusieurs obstacles ont empêché les mécanismes de ses solutions de devenir aussi efficaces qu’ils pourraient l’être pendant cette crise. On note aussi que ceux-ci, dirigés par les banques, ont toujours été limités aux seuls fournisseurs les plus importants et les mieux établis.

Cela entraîne une transition vers ce que l’on appelle les solutions de « seller-side Supply Chain Finance ». Dans ce contexte, l’acheteur fournit des données au prêteur, mais ne souscrit pas au financement ni ne prend le risque. Cela permet aux acheteurs d’offrir une flexibilité de paiement à leurs fournisseurs, tout en gardant la dette hors de leur bilan. Le mécanisme de ces solutions rend également le financement accessible à l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement, pas seulement aux fournisseurs les plus établis, à condition que ces fournisseurs offrent suffisamment de transparence dans leurs opérations commerciales.

Au lieu d’attendre la fin d’un délai de paiement de 30 ou même de 120 jours, les fournisseurs participant aux programmes de « seller-side Supply Chain Finance » pourraient être payés en quelques jours, avant même l’approbation de la facture. Ils obtiendront l’argent dont ils ont besoin pour éviter les licenciements et pourront même embaucher de nouveaux experts.

Le moteur de la numérisation

Cependant, pour un fournisseur qui cherche à tirer parti des mécanismes de financements anticipés, la transparence peut être un obstacle majeur. Selon une étude récente, 75 % des vendeurs utilisent toujours des documents papier, qui sont difficiles à organiser et à partager avec un prêteur potentiel. Même lorsqu’une partie du processus est en place, il y a souvent quelqu’un, quelque part, qui scanne les factures papier pour alimenter le système.

Une solution est de numériser sa facturation. En rendant les factures vraiment numériques au lieu du papier ou du PDF, il est possible d’aider ses partenaires à utiliser les informations dont ils ont besoin pour estimer avec précision le risque de crédit. La numérisation des factures peut également atténuer d’autres points associés à la pandémie. Avant COVID-19, de nombreux fournisseurs ont passé plus de 20 % du temps à résoudre les problèmes de facturation, principalement par téléphone. Avec la facturation numérique, il est aisé de vérifier l’état de la facture dans le système sans contacter l’acheteur et d’accéder à de réels gains de productivité et d’efficacité.

Un investissement pour l’avenir

Les mécanismes de Supply Chain Finance ne sont pas une réponse absolue. Pour la plupart des fournisseurs, il s’agit d’une solution à court terme pendant qu’ils s’adaptent à la nouvelle donne liée à la pandémie de COVID-19. À long terme, la plupart des entreprises devront apporter des changements plus importants.

Ainsi, investir dans la numérisation des factures est également un investissement dans l’avenir d’une entreprise. Tandis que les magasins, les restaurants et les usines rouvriront, la pandémie aura un impact durable sur la façon dont chaque industrie gère ses affaires. La situation a également mis en évidence l’importance de se préparer à l’inattendu. En augmentant la transparence et l’agilité et en réduisant les coûts, la numérisation des factures permettra aux entreprises de mieux se préparer aux crises qui se présenteront.

http://www.tradeshift.com/

Suivez Electronique Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Electronique Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: