En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Le stockage au cœur des systèmes de surveillance HD des entreprises

Par Rainer W. Kaese, Senior Manager Business Development, Storage Products Division, Toshiba Electronics Europe GmbH

Publication: 6 novembre

Partagez sur
 
Les systèmes de vidéosurveillance jouent aujourd’hui un rôle essentiel dans nos vies. On les trouve dans nos rues, dans et autour des transports en commun, ainsi que dans les bureaux, les hôtels et les stades...
 

L’expérience de la plupart des gens avec de telles implémentations de CCTV (télévision en circuit fermé) consiste en des images granuleuses. Cependant, au cours de la dernière décennie, le passage de la technologie IP (protocole Internet) aux caméras HD (haute définition) a abouti à des systèmes de surveillance fournissant des images de bien meilleure qualité, qui se révèlent plus utiles, notamment pour identifier les assaillants, les victimes, et des situations respectives.

Comme l’ont montré plusieurs études, de tels systèmes sont un élément essentiel pour aider à maintenir la sécurité publique et à protéger les biens. En conséquence, les investissements mondiaux dans ces solutions devraient passer de 22 milliards de dollars US en 2018 à environ 46 milliards de dollars US d’ici 2027.

Se souvenir de ce qui s’est passé

Bien qu’un système de surveillance contienne de nombreux éléments, la solution de stockage est un élément clé. L’époque des racks de magnétoscopes (magnétoscopes) stockant des flux CCTV analogiques est, pour l’essentiel, derrière nous. Les solutions IP numériques d’aujourd’hui reposent sur le stockage sur disque dur (HDD – hard drive disk) associé au serveur pour collecter les flux vidéo numériques et stocker la vidéo compressée reçue. Alors que de nombreux fournisseurs de stockage proposent des disques durs adaptés aux besoins de surveillance, ceux-ci ne ciblent vraiment que les implémentations à bas coût. Un DVR ou un NVR (enregistreur vidéo numérique ou réseau) COTS (commercial standard) comportant un seul disque peut simplement être situé dans l’arrière-boutique d’un magasin ou dans le bureau du personnel de sécurité. Ici, on ne tient guère compte des conditions environnementales requises par le stockage sur plateau tournant (température, humidité, etc.). Et ceci tandis que le nombre de caméras IP utilisées, et donc de données, sera probablement assez limité.

La qualité des images collectées par un système de surveillance est essentielle à la résolution de la criminalité. Les caméras HD sont de plus en plus une solution de choix, en particulier grâce à leurs bas prix et à leur facilité d’installation. Cependant, leur utilisation génère une charge réseau importante en raison de la quantité de données générées, ainsi que des exigences élevées concernant l’implémentation du serveur utilisé pour collecter, analyser et stocker ces données.

Si les techniques de compression se sont considérablement améliorées au fil des ans, même les codecs de pointe d’aujourd’hui, tels que H.264, génèrent encore des quantités importantes de données. Il convient également de noter que les données générées ne constituent pas un flux cohérent ; elles viennent par vagues. Ces techniques de codage capturent une image complète à un moment défini dans le temps, appelée d’image I (I-frame). Cela sera suivi d’une série d’images P (P-frames) qui stockent uniquement la différence d’image entre elle-même et l’image I précédente.

En conséquence, l’enregistrement d’événements dans un couloir d’hôtel, où il y a généralement peu de trafic, se traduit par une faible quantité de données générées. Cependant, si l’alarme incendie se déclenche et que les invités remplissent ce couloir à leur sortie, la quantité de données générées augmente considérablement en raison de la grande différence entre les images P et I. Pour une caméra HD standard de 2 mégapixels, en supposant 6 IPS (images par seconde), cela se traduit par des données générées entre 3 et 12 Mbps (mégabits / seconde). Il devient rapidement clair, avec une quantité importante de caméras, ou un passage à des résolutions de caméra plus élevées, que la surveillance est vraiment un problème difficile lié au « big data ».

Des solutions de surveillance sérieuses

Ces solutions de vidéosurveillance d’entreprise sur IP nécessitent une technologie de serveur à part entière avec des solutions de stockage qui vont bien au-delà de la bande passante et de la capacité de stockage d’un disque dur souvent commercialisé comme un « disque de surveillance ». Les fournisseurs de solutions tels que Secure Logiq relèvent ce défi avec des serveurs de surveillance dédiés et personnalisés. Les disques durs de ces systèmes sont le composant le plus important. De plus, en raison des exigences de leurs clients et de leur engagement envers la qualité, leurs systèmes utilisent des disques durs de qualité professionnelle.

Dans la recherche de Secure Logiq pour la solution de stockage disponible optimale, ils ont sélectionné les disques durs d’entreprise de la série MG de Toshiba.

Ces appareils sont conçus pour une utilisation de stockage nearline et ciblent des charges de travail critiques pour l’entreprise qui nécessitent des performances 24/365 avec une fiabilité élevée. Ils sont évalués avec une charge de travail annuelle de 550To et un MTTF (temps moyen de défaillance) minimum de 1 400 000 heures. Avec la série MG, Toshiba offre une garantie constructeur de cinq ans à compter de l’achat. Si un disque de la série MG tombe en panne pendant la période de garantie, le disque est remplacé par un nouveau disque dur plutôt que par un produit qui a été recertifié. Le maintien de niveaux de service élevés comme celui-ci est essentiel au succès d’entreprises telles que Secure Logiq.

Choisir entre SATA et SAS

Les solutions de surveillance qui implémentent le DAS (stockage à connexion directe) sont bien prises en charge par des disques tels que les modèles SATA de la série MG. Combinés à plusieurs cartes RAID pour atteindre des niveaux élevés de résilience, tout en minimisant le temps de reconstruction en cas de panne d’un disque, les disques durs SATA fournissent une bande passante plus que suffisante avec des performances de lecture/écriture aléatoires suffisantes. C’est l’approche adoptée avec les serveurs HD tels que la série HPS-4U-XL de Secure Logiq qui fournissent jusqu’à 1344 To de stockage dans une configuration 3 × RAID6, parfaitement configurés dans un rack 4U et capables de gérer plus de 4000 Mbps de trafic IP.

Au plus haut niveau de la gamme de produits, les disques SAS de la série MG offrent des améliorations de performances, telles que des gains de temps de recherche et de débit de lecture/écriture, qui devraient compenser les coûts d’acquisition supplémentaires d’un disque SAS. Ces solutions de stockage trouvent leur place dans les implémentations et les systèmes SAN (Storage Area Network) qui peuvent utiliser le JBOD.

Garder une longueur d’avance

Étant donné que les boitiers et les interfaces des disques durs sont normalisés dans l’industrie, des entreprises telles que Secure Logiq bénéficient d’une gamme de fournisseurs de disques durs disponibles offrant un produit standardisé. Si cela contribue à garantir la concurrence par les prix, le prix à lui seul ne l’emporte pas sur le marché de la surveillance. Ici, ce sont les aspects les moins tangibles, tels que les relations commerciales, qui constituent la valeur ajoutée de Toshiba et aide Secure Logiq à se différencier sur son segment de marché.

La façon dont Toshiba gère ses canaux de vente a contribué à garantir que les disques durs sont disponibles dans les quantités requises et à un prix adéquat. Cela permet à Secure Logiq de fournir de nouveaux systèmes dans les délais promis et garantit qu’en cas de défaillance d’un composant de stockage sur site, il puisse être remplacé rapidement.

Les installations de test internes de Secure Logiq pour le développement de systèmes de surveillance sont une condition préalable pour atteindre les niveaux de performance exigés par les entreprises du marché de la surveillance. Ceci est réalisé à l’aide d’un outil interne, Logiqal Benchmark, qui permet de configurer des systèmes de surveillance IP virtuels pour tester le matériel en conjonction avec les différentes offres VMS (logiciels de gestion vidéo) disponibles. Cependant, un fournisseur de stockage qui comprend à la fois les défis techniques et dispose de laboratoires d’expérimentation est d’une aide immense pour le client.

Toshiba exploite son propre laboratoire technique pour la technologie de stockage, permettant à son équipe d’ingénieurs de configurer, créer et tester des approches de stockage et guider les clients vers la solution de stockage optimale. Les résultats sont compilés dans un rapport de laboratoire fournissant des informations sur les options de configuration, les différents avantages, ainsi que les compromis inévitables que chacun doit faire.

Les marchés de la surveillance IP et du stockage sur disque dur sont très compétitifs. En conséquence, ce sont les aspects immatériels de la relation commerciale qui font toute la différence. En choisissant Toshiba comme partenaire pour les disques durs, Secure Logiq a acquis un niveau de qualité de service pour l’aspect stockage de leurs solutions, basé sur une compréhension mutuelle, un support technique et une chaîne d’approvisionnement optimisée.

http://toshiba.semicon-storage.com/

Suivez Electronique Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Electronique Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: