En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Top 5 des bonnes pratiques luxe et RSE pour 2021

Par Adrien Deslous-Paoli, fondateur du groupe De Rigueur

Publication: 17 janvier

Partagez sur
 
La responsabilité sociétale des entreprises est sans doute l’un des enjeux majeurs de ces prochaines années, et les secteurs de la mode, du luxe et du sport n’échappent pas à la règle...
 

Cet expert de l’industrie partage ses bonnes pratiques pour amorcer une transition RSE en 2021.

1. Établir une cartographie des parties prenantes

C’est la première étape pour appréhender sa responsabilité sociétale vis-à-vis des tiers (collaborateurs, clients, partenaires, communautés, …). Cet outil permet de lister leurs attentes et leurs influences selon différentes sphères (économique, sociale, environnementale, …) pour pousser au dialogue et aux engagements.

2. Former ses équipes

Designers comme acheteurs ou encore ouvriers peuvent tous agir à leurs niveaux pour réduire les impacts environnementaux d’une entreprise. Les sensibiliser avec bienveillance aux conséquences de leurs actions est primordiale pour s’engager dans la voix du développement durable. Ce dernier est l’affaire de tous !

« Le développement durable pour la Mode est un sujet extrêmement complexe : entre idées reçues et querelles de clocher, le bon sens est souvent oublié ; c’est pourquoi nous organisons régulièrement des ateliers ouverts à tous, pour permettre à chacun d’avoir des éléments de compréhension et des pistes de solutions. » Adrien Deslous-Paoli, fondateur de .Green.

3. Analyser le Cycle de Vie Produit

Identifier les impacts environnementaux des différentes étapes du cycle de vie d’un produit est indispensable pour mettre en place une stratégie de réduction fonctionnelle. L’idéal serait d’effectuer une analyse de cycle de vie sur un produit emblématique ou sur plusieurs produits représentatifs de sa gamme.

« Mais les ACV (Analyse du Cycle du Produit) étant longues et chères à réaliser, nous travaillons sur un outil d’aide à la décision pour les designers, qui part d’une base de l’ADEME simplifiée. » Adrien Deslous-Paoli.

4. Relier la fin de vie à la matière première

Au-delà des nouvelles matières, les plus écologiques sont parfois celles qui existent déjà, comme les stocks dormants ou les produits finis qui peuvent faire office de matière première s’ils sont réutilisés ou recyclés. Les « déchets » peuvent également être source de valeur.

« Par exemple, transformer ses chutes de production de tissus en boutons de chemise ou en autres accessoires de mercerie ; tout est possible ! » Adrien Deslous-Paoli.

5. Faire un bilan carbone

Un bilan carbone mesure toutes les émissions de gaz à effets de serre d’une entreprise, en kg de CO2 équivalent. Tout comme l’ACV, cet outil est fondamental pour prioriser les actions de sa transition environnementale, en vue de la neutralité carbone en 2050 pour limiter le changement climatique.

http://www.derigueur.green/

Suivez Electronique Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Electronique Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: