En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Les cyberattaques sont-ils le prélude à une guerre cinétique avec l’Ukraine ?

Par David Stupples, City University of London et ManMohan Sodhi, Bayes Business School

Publication: 19 janvier

Partagez sur
 
« Dan Kuehl, de la National Defence University, définit la guerre de l’information comme "le conflit ou la lutte entre deux ou plusieurs groupes dans l’environnement de l’information"...
 

Par David Stupples professeur d’ingénierie électronique à City University of London, expert en cybersécurité et cybercriminalité : Vous pourriez dire qu’il s’agit simplement d’une façon plus sophistiquée de décrire le piratage informatique. En fait, il s’agit d’un phénomène bien plus sinistre et dangereux que ne le laisse entendre son nom quelque peu familier.

Selon une étude de la Banque mondiale, la Russie compte plus d’un million de spécialistes en logiciels impliqués dans la recherche et le développement. La Russie a le potentiel pour devenir le plus grand marché informatique d’Europe. Les cyber-guerriers (hackers) illégaux russes sont parmi les plus compétents au monde. Une cinquantaine de grands cyber-réseaux criminels opèrent en Russie. La Russie est connue depuis longtemps pour s’approvisionner en technologie, en talents de hackers de classe mondiale et même en informations de renseignement auprès des réseaux locaux de cybercriminalité, la Silicon Valley de l’Europe de l’Est. Ces réseaux criminels ont recruté près de 4 000 ingénieurs logiciels depuis 2012, mais il est important de savoir que cette fraternité criminelle bénéficie de l’immunité de l’État pour ses cybercrimes en échange de services rendus à l’État russe !

En avril 2007, des attaques DDoS (attaques par déni de service distribué) massives ont visé des sites web estoniens, notamment le parlement, des banques, des ministères, des journaux et des radiodiffuseurs estoniens, dans le cadre du désaccord entre le pays et la Russie sur le déplacement du Soldat de bronze de Tallinn (un monument de guerre soviétique) avec les tombes de guerre soviétiques à Tallinn. Les cyberanalystes ont conclu que la cyberattaque contre l’Estonie était bien planifiée et sophistiquée, sans précédent. Bien que la Russie ait nié avec véhémence son implication, les bases d’une future guerre de l’information commençaient à être établies. Les stratèges militaires du monde entier ont étudié l’attaque pour l’inclure dans un ordre de bataille et pour élaborer des mesures d’atténuation.

Le 20 juillet 2008, juste avant l’invasion militaire russe de la Géorgie pour soutenir les républiques autoproclamées d’Ossétie du Sud et d’Abkhazie, une attaque massive par DDoS sur Internet et une attaque GE contre la Géorgie ont débuté. Les cibles de cette attaque DDoS comprenaient les sites Web du président géorgien, Mikheil Saakashvili, de l’agence de presse OSInform et de la station de radio OS. Il a également été signalé que des sections clés du trafic Internet de la Géorgie ont été redirigées vers des serveurs basés en Russie et en Turquie, où le trafic a été bloqué ou détourné, ce qui a eu pour effet de fermer l’Internet en Géorgie pendant la durée des hostilités. Les attaques Internet ont été intégrées à des attaques GE contre la défense aérienne géorgienne, le commandement et le contrôle militaires, et les communications radio militaires tactiques. Il a également été prouvé que le système de contrôle de l’oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan a été visé par un virus informatique sophistiqué similaire à Stuxnet, ce qui a entraîné un incident de pression incontrôlé.

La Russie a fréquemment utilisé la cyberguerre pour semer la perturbation et la confusion en Ukraine. Les cyber-attaques ont inclus :

- Des dénis de service distribués (DDOS) massifs contre des sites Web gouvernementaux.

- Les cyber-attaques visent à obtenir des renseignements, à diffuser de la désinformation et à encourager le désordre et la désharmonie sociale.

- Tentatives d’atteinte au moral du public par le biais de l’information

- Cyber-attaques ciblées contre des systèmes de commandement et de contrôle militaires.

- Utilisation d’opérations psychologiques en conjonction avec des cyber-attaques pour provoquer des troubles sociaux.

Il est difficile de déterminer si les dernières attaques de 2022 sont le prélude à une guerre cinétique avec l’Ukraine ou si la Russie établit une position de négociation avec les pays de l’OTAN sur la portée de l’expansion de l’Alliance vers l’Est. La Russie s’inquiète de ce que l’OTAN envisage de déplacer sa ligne de front jusqu’aux frontières de la "mère" Russie. Il est vrai que les dernières cyberattaques russes n’ont pas endommagé les systèmes d’information de l’Ukraine comme lors des attaques précédentes, grâce à l’introduction de mesures plus robustes. Toutefois, les perturbations et la confusion ont eu un impact négatif sur la capacité de l’Ukraine à gérer le pays. Ce qui fait défaut jusqu’à présent, c’est l’intégration par la Russie de sa puissante capacité de guerre électronique (GE) aux cyberattaques, dans le but de neutraliser la capacité de l’Ukraine à mener une guerre moderne. Si une attaque cybernétique/de guerre électronique totalement intégrée devait être lancée, elle pourrait être le prélude à une guerre cinétique totale comme celle entreprise en Géorgie.

Par ManMohan Sodhi, professeur de gestion des opérations et de la chaîne d’approvisionnement à la Bayes Business School (anciennement Cass Business School) :

La cyberattaque, qui, selon l’Ukraine, provient d’un groupe biélorusse qui est instiguée par les Russes, doit être considérée dans le contexte plus large d’une crise des missiles de Cuba inversée. En 1962, l’URSS a tenté d’installer des missiles à Cuba - à quelque 150 km des côtes de la Floride - en réponse aux États-Unis qui avaient installé des missiles en Turquie et en Italie, deux pays de l’OTAN, en direction de l’URSS. Les États-Unis ne pouvaient pas permettre une telle situation et le président Kennedy a fini par convaincre l’URSS de revenir sur sa décision en échange d’un retour en arrière similaire de la part des États-Unis.

Il est difficile d’imaginer comment la Russie pourrait autoriser des missiles ennemis à ses frontières si la situation de 1962 était inversée. L’Ukraine a demandé à adhérer à l’OTAN, mais n’a reçu jusqu’à présent qu’une "coopération technique", qu’il s’agisse d’une étape vers la pleine adhésion ou d’une étape intermédiaire permanente. La Russie n’a pas d’autre choix que de maintenir une pression totale, d’autant plus que jusqu’à présent, ses appels à ne jamais autoriser l’Ukraine à devenir membre ont été rejetés d’emblée.

La Russie ne peut pas exercer directement sur les États-Unis une pression similaire à celle que les Américains ont exercée en 1962. La seule pression qu’elle peut exercer est donc sur l’Ukraine, et indirectement sur l’Europe.

Si les motifs de la Russie et des États-Unis sont relativement simples à comprendre, on ne sait pas très bien ce que veulent les Ukrainiens eux-mêmes à part l’espoir de faire partie de l’OTAN ni ce que les Européens espèrent obtenir dans leur propre arrière-cour. Et même les Russes et les États-Unis ne veulent pas la guerre si les Russes le voulaient vraiment, ils auraient déjà attaqué au lieu de jouer à des cyberattaques (en supposant qu’ils soient indirectement derrière tout cela), et les États-Unis menacent "seulement" de nouvelles sanctions, sachant parfaitement que toutes sortes de sanctions sont déjà en place.

Le véritable gagnant dans cette affaire est la Chine, qui observe tout cela avec amusement. Malgré la "rivalité stratégique" déclarée par les États-Unis, les investissements occidentaux sont de plus en plus nombreux dans le pays, à un rythme régulier de 15 à 20 % par an, avec une croissance encore plus forte des investissements dans les hautes technologies.

https://www.city.ac.uk/

Suivez Electronique Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Electronique Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: