En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Leuze, « La croissance est synonyme de changement »

Publication: 2 février

Partagez sur
 
Nous avons discuté avec Ulrich Balbach, PDG du groupe Leuze electronic, des défis et des opportunités en période de pandémie, de la nouvelle loi sur la chaîne d’approvisionnement et de l’engagement durable de Leuze...
 

Leuze est un expert international des capteurs dans le domaine des technologies d’automatisation, basé à Owen/Teck au sud de l‘ Allemagne. L’entreprise familiale a généré environ 211 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2020 et emploie plus de 1 400 personnes. Façonner activement le changement est un sujet central chez Leuze.

M. Balbach, la pandémie de Covid est-elle le déclencheur d’une crise économique et comment voyez-vous les intentions d’investissement des entreprises dans cette situation ?

Ulrich Balbach : non, la pandémie est davantage une crise sanitaire. Les gens veulent se protéger les uns les autres, et à juste titre. Les délais de livraison actuels, extrêmement longs, n’indiquent pas une crise économique, les carnets de commandes sont pleins, les entreprises sont présentes. La situation actuelle n’est absolument pas similaire à celle de 2008/2009. Nos clients sont tout à fait disposés à investir. En fait, plus que jamais. Nous fournissons l’industrie des machines c’est pourquoi nous sommes en mesure d’évaluer la situation. Bien sûr, cela dépend si vous regardez l’Union Européenne, l’Asie ou les États-Unis. Il y a des différences.

...Leuze ne freine donc pas ?

C’est tout le contraire ! Nous sommes en permanence le pied sur l’accélérateur, surtout en matière de développement. C’est pourquoi lançons encore aujourd’hui d’excellents nouveaux produits.

Vous n’avez pas du tout à faire face à la pénurie de composants ?

Bien sûr, nous sommes également touchés par les pénuries. Les chaînes d’approvisionnement sont très importantes. C’est pourquoi nous avons commencé très tôt à faire en sorte que les fournisseurs puissent rester en contact avec nous et continuer à livrer pendant les premiers blocages de 2020. Certains de ces composants sont cruciaux pour le système. Par exemple, nous fournissons des pièces pour l’analyse du sang. D’autre part, il y a aussi beaucoup de situations extrêmes dans l’environnement économique actuel. Il suffit de penser à l’industrie automobile, qui est également confrontée à un changement de technologie - le changement de la chaîne cinématique. Dans cette industrie, les chaînes d’approvisionnement ont parfois été complètement interrompues. Pour moi, il a toujours été question de maintenir les chaînes d’approvisionnement et de les faire fonctionner.

Cela montre-t-il que la mondialisation a des limites ? Dans l’industrie automobile en particulier, beaucoup de production sont délocalisées, de même que dans l’industrie textile

Tout d’abord, la mondialisation est bonne pour les moyennes entreprises allemandes elle ouvre des portes. Nos entrées de commandes en Asie ont dans certains cas augmenté dans une fourchette de pourcentage à trois chiffres. Cela garantit des emplois. Mais parlons de la migration : pourquoi la quasi-totalité de l’industrie électronique est-elle partie en Asie ? Et pourquoi l’industrie textile commence à s’y implanter ? À mon avis, non seulement parce que les salaires y sont moins chers, mais aussi parce qu’il a toujours été possible d’y produire de manière plus rentable en terme de condition de production. Cela vaut aussi bien pour l’industrie textile que pour les puces électroniques ou la production de cartes de circuits imprimés, un processus non seulement exigeant techniquement mais aussi écologiquement pertinent. Pour moi, il est évident que nous devons travailler au sein de la structure et que la durabilité peut être une sorte d’indicateur à cet égard - surtout dans le contexte de la loi sur la chaîne d’approvisionnement. Nous devons examiner de plus près où, par qui et comment sont fabriqués les matériaux que nous fournissons.

La loi sur la chaîne d’approvisionnement s’appliquera aux entreprises de plus de 3 000 employés à partir de 2023, et aux entreprises de la taille de Leuze un an plus tard. Dans quelle mesure y êtes-vous préparés ? Y a-t-il des choses qui vous dérangent à cet égard ?

Pour répondre tout de suite à votre dernière question : oui, l’énorme effort administratif est dérangeant, par exemple en raison de la base de données SCIP. Un exemple : chaque pièce pivotante a une quantité minimale de plomb, sinon elle ne peut pas être traitée par usinage. Si nous nous approvisionnons en plomb ou l’utilisons dans nos appareils, nous devons le déclarer. Nous le faisons, bien sûr, et c’est épuisant. D’un autre côté, cela nous pousse à réfléchir davantage aux chaînes d’approvisionnement - ce qui, là encore, est très logique ! Dans le contexte des chaînes d’approvisionnement, la mondialisation nous amène à réfléchir à la profondeur de la création de valeur, et en même temps, la compétitivité doit être maintenue.

La nouvelle loi a beaucoup à voir avec la durabilité. Que fait spécifiquement Leuze à cet égard à son siège d’Owen ?

Notre priorité absolue est d’atteindre la neutralité carbone d’ici la fin de l’année prochaine. Nous avons bien progressé à cet égard. Nous prévoyons également de mettre en place des stations de recharge pour nos employés et nos invités. Nous produisons également notre propre énergie solaire sur les toits de notre nouveau grand centre logistique. En outre, il existe des propositions pour les employés, par exemple un vélo pour venir travailler. Nous faisons donc beaucoup de choses et nous nous sentons responsables. En tant qu’entreprise mondiale, nous ne nous arrêtons pas à Owen, bien sûr. Nous faisons la même chose dans notre nouvelle usine en Malaisie.

Le magazine allemand WirtschaftsWoche (engl. : Economic Week) classe Leuze parmi les leaders du marché mondial - comment gérez-vous cela en tant qu’entreprise ?

Nous vivons notre slogan « shaping change » du fond du cœur. En 1998, lorsque j’ai pris mes fonctions chez Leuze, j’ai ressenti cette volonté de changement. S’impliquer et changer les choses est une très grande affaire chez nous et cela fait partie de notre succès.

...et cela se traduit par des ventes. Quel est le chiffre d’affaires actuel de Leuze ?

Finalement, nous constatons de forts chiffres de croissance : la construction de machines allemande, par exemple, a maintenant compensé la baisse de 2020 et retrouve le niveau de 2019. Il y a aussi une énorme croissance en Asie. Dans ce contexte, l’année 2021 s’est très bien passée pour Leuze. Nous prévoyons une augmentation significative du chiffre d’affaires par rapport à l’année précédente, de 20 à 25 %.

Enfin, en tant que PDG de Leuze, qu’attendez-vous du nouveau gouvernement allemand ?

Ce serait bien d’avoir de la prévoyance et des décisions claires, orientées vers les faits, afin de nous fournir un cadre pour envisager l’avenir de manière plus coordonnée. Ce que j’aimerais aussi beaucoup, c’est plus de politique étrangère : les frontières du Land de Bade-Wurtemberg, de la République fédérale d’Allemagne et de l’Europe ne doivent pas être considérées comme une limite. Pourquoi, par exemple, ne parvenons-nous pas à nous mettre d’accord avec la Chine sur des règles raisonnables de quarantaine à l’entrée ? De telles questions relèvent de la politique.

https://www.leuze.com/

Suivez Electronique Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Electronique Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: