En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Le GFIE, le SIMTEC et ACSIEL ont annoncé officiellement leur intention de se regrouper le 1er janvier 2016

Publication: Juin 2015

Partagez sur
 
Lors de la conférence de presse organisée par l’APIE (Agir pour l’Industrie Electronique) ce jeudi 4 juin 2015...
 

Les trois présidents des syndicats GFIE, SIMTEC et ACSIEL ont annoncé officiellement leur intention de se regrouper le 1er janvier 2016 sous la dénomination « ACSIEL accélérateur d’électronique ».

Les trois syndicats avaient organisé leur AGO ce jour à la FIEEC, et c’est à l’unanimité que l’ensemble des adhérents a donné son accord pour que les discussions se poursuivent sur les bases saines qui leur ont été présentées.

A terme, ce nouveau syndicat devrait représenter 160 adhérents pour 120 000 salariés et réaliser un chiffre d’affaires d’environ 9 Md€.
— Des objectifs clairement orientés vers l’opérationnel, la connaissance approfondie de l’écosystème de l’électronique, la promotion et la défense de notre industrie.
— Gouvernance assise sur des ‘Collèges métiers’
— Fonctionnement à base de Clubs, Commissions, Groupes de travail thématiques, en fonction des souhaits des adhérents
— Etudes de marché, cartographie des métiers, journées techniques,…
— Une politique active en faveur de la formation, de la représentation de l’ensemble de la chaîne de valeur, …

Lors de cette conférence de presse, JP Quémard dans son introduction a précisé que l’ensemble de l’activité électronique en France a été bonne et en croissance en 2014, et qu’il ne faut pas hésiter à le dire.

Le SNESE a brossé un tableau plutôt positif sur la santé de ses adhérents, les entreprises du SPDEI ont enregistré une croissance de 12% avec néanmoins des marges de plus en plus faibles pour l’année 2014. Le GFIE par son président Pierre-Jean Albrieux a rappelé que l’absence dans l’enseignement secondaire de cours consacrés à l’électronique était dramatique pour un pays comme la France pour qui le futur n’est pas dans la production de masse, mais bien au contraire dans la recherche et le développement des nouvelles technologies. Et qui dit nouvelles technologies, dit forcement électronique !

Alain MILARD

Suivez Electronique Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Electronique Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: