En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

La France se distingue du reste de l’Europe par son niveau d’activité anémique

Publication: 8 avril

Partagez sur
 
Bilan de santé hebdomadaire GIMELEC : Comme toutes les semaines désormais, le GIMELEC publie un panorama de l’état des activités de ses adhérents...
 

Parce que les marchés sur lesquels ils sont présents sont transverses, ces informations offrent un point de vue intéressant sur l’état général de l’économie française.

Une activité très faible avec une légère dynamique de reprise

Le taux d’activité moyen des adhérents du GIMELEC demeure stable à 40% mais leur volonté affirmée de renforcer leurs activités, souvent essentielles pour les secteurs vitaux de notre pays, et de relancer rapidement certains sites fermés en début de crise se heurte à plusieurs obstacles :

- 88% des répondants indiquent que la continuité de leur activité est directement impactée par les difficultés d’approvisionnement en équipements de protection pour leurs salariés et notamment en masques ;

- Les difficultés rencontrées par leurs propres fournisseurs impactent significativement l’activité des entreprises du GIMELEC. Impact modéré dans 59% des cas mais fort dans 34% des cas.

Point de satisfaction, la logistique et les transports, souvent perturbés, ne sont pas pour l’instant un élément bloquant.

Du coma à la convalescence : les différents états des marchés

Les marchés de destination des adhérents du GIMELEC sont quant à eux dans des états extrêmement contrastés :

- Pour des raisons probablement liées à leur usage actuel accru, le marché des infrastructures du numérique reste actif. 54% des entreprises constatent sur ce marché un niveau d’activité compris entre 50 et 100% de leur niveau d’activité « normal » ;

- Apparaissent juste derrière les marchés liés à l’exportation et à l’industrie en France dont les niveaux d’activité se situent respectivement à 46% et 40% de leurs niveaux habituels.

- Le BTP reste lui à l’arrêt avec une activité estimée à moins de 10% de son niveau d’avant crise mais avec l’espoir d’un redémarrage partiel et progressif.

- Plus inquiétant, le GIMELEC constate un coup d’arrêt quasi-total de l’activité du gestionnaire de réseau de distribution publique d’électricité. Une exception au niveau européen. A titre d’exemple, Si le niveau d’activité des confrères d’Enedis est également dégradé, c’est toujours dans de moindres proportions. Ainsi, nos entreprises constatent un niveau d’activité moyen de 20% en Italie, de 40% en Espagne et de 90% en Allemagne. L’activité de RTE reste soutenue à l’image de ce qui est constaté chez les gestionnaires de réseaux de transport d’électricité des autres pays européens.

Plus globalement, pour les adhérents du GIMELEC, l’activité économique de la France se distingue par son niveau particulièrement dégradé comparé à celui des autres marchés couverts par la profession, notamment européens. La pression sociale est maximale et les directives simultanées de « confinement », parfois mal respectées à l’occasion de journées ensoleillées, et de « maintien de toutes les activités qui peuvent être maintenues », se traduit pour les adhérents par le sentiment d’une prise de risques sanitaires comme économiques.

Et après ?

Les besoins du précédent bilan de santé établi par le GIMELEC demeurent. En premier lieu, les dispositifs de soutien aux entreprises mis en œuvre par l’Etat doivent être simples d’usage et s’avérer fiables dans le temps.

Ensuite, les conditions de sortie du confinement et de redémarrage économique émergent comme une préoccupation forte des membres du GIMELEC. 87% d’entre eux estiment que la dynamique de reprise sera modérée, voire faible. La première attente est une exigence de clarté de la part de l’Etat pour permettre aux acteurs économiques d’adapter leur stratégie de sortie de crise qui passe aussi par le maintien ou la relance dès à présent de toutes les activités qui peuvent l’être.

Le corollaire de la sortie de crise est la mise en place, sur les lieux de travail, des dispositions nécessaires pour protéger et à terme rassurer les salariés d’un point de vue sanitaire. Les entreprises du GIMELEC y travaillent depuis le début de la crise (adaptation des lignes de production, équipes réduites, masques, gel, etc.). Il est indispensable que l’Etat accompagne cet effort notamment en répondant à la question du dépistage.

http://www.gimelec.fr/la-france-se-...

http://www.gimelec.fr/

Suivez Electronique Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Electronique Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: