En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Bosch célèbre les 25 ans de l’ESP®

Publication: 18 septembre

Partagez sur
 
Un dispositif inventé par Bosch et grâce auquel le slogan Bosch : « des Technologies pour la vie » prend tout son sens...
 

Depuis plus de 90 ans, les ingénieurs Bosch ont été à l’origine de nombreux développements techniques innovants, inventions et brevets liés aux systèmes de freinage qui ont fait date, et ont sans cesse amélioré la sécurité des voitures. L’ESP® (Electronic Stability Program), système électronique de stabilité, est désormais devenu la norme en matière de construction automobile.

L’ESP® : un dispositif qui sauve des vies dans un grand nombre de pays

Bosch a fabriqué plus de 250 millions de systèmes ESP® depuis le démarrage de la production en série en 1995 sur une Mercedes-Benz S600. Cela a contribué de manière importante à l’amélioration de la sécurité routière. Ce système aide à maintenir les véhicules sur leur trajectoire, sur chaussée glissante ou dans les courbes abordées à une vitesse excessive notamment. Si tous les véhicules étaient équipés du système électronique de stabilité, il pourrait prévenir jusqu’à 80 % des accidents consécutifs à un dérapage. Selon les experts en accidentologie Bosch, à ce jour l’ESP® a déjà sauvé plus de 15 000 vies en Europe à ce jour et évité plus d’un demi-million d’accidents de la route avec dommages corporels. Il constitue ainsi l’un des moyens les plus efficaces en termes de sécurité routière, avec la ceinture de sécurité et l’airbag.

Au sein de l’Union Européenne, l’ESP® est obligatoire depuis le 1er novembre 2014 sur les immatriculations neuves de véhicules particuliers et utilitaires légers jusqu’à 3,5 tonnes. Certains pays comme l’Argentine, l’Australie, le Brésil, le Canada, la Chine, l’Équateur, Israël, le Japon, la Malaisie, la Nouvelle-Zélande, la Russie, la Corée du Sud ainsi que la Turquie et les États-Unis ont également adopté des mesures légales ou pris des engagements volontaires en faveur de ce système.

Anton Van Zanten, ingénieur chez Bosch et inventeur de l’ESP®

Ce Néerlandais d’origine né en 1940 l’a développé au cours de ses 25 années passées chez Bosch à la tête d’un groupe de recherche de 35 personnes. Cette équipe est ainsi devenue l’ange gardien de nombreux automobilistes en évitant plus de 500 000 accidents de la route. Il explique sa découverte ainsi : « À l’époque, je voyais beaucoup de faits divers concernant les accidents de la route dans les journaux. Une chose attira mon attention : bon nombre de ces accidents survenaient après un dérapage. C’est ainsi qu’a germé en moi l’idée de concevoir un système qui empêcherait les voitures de déraper ».

Les débuts sont difficiles et la plupart des constructeurs à qui il présentait l’ESP® lui répondaient : « Intéressant, mais nous ne sommes pas intéressés... ». En 1997, le système connaît son heure de gloire suite au légendaire « test de l’élan », effectué lors d’essais organisés en Suède : la voiture Mercedes Classe A se retourne alors que le conducteur effectue une manœuvre d’évitement d’obstacle. Suite à cet événement, l’ESP® devient un équipement de série sur tous ses modèles.

« J’étais en réunion à Tokyo lorsqu’on m’a annoncé le résultat du test de l’élan. J’ai su immédiatement que la production allait décoller et que ce dispositif aiderait à éviter des accidents mais j’étais loin d’imaginer que les chiffres seraient aussi importants (40%) » commente Anton Van Zanten.

Cette invention lui a valu de recevoir en 2016, à Lisbonne, le Prix de l’inventeur européen dans la catégorie Œuvre d’une vie, par l’Office Européen des Brevets (OEB).

Principe de l’ESP® et développements vers les ADAS

À l’aide de capteurs intelligents, l’ESP® compare 25 fois par seconde si les mouvements de braquage du volant correspondent bien à la direction actuelle suivie par le véhicule. Si les valeurs diffèrent, le système électronique de stabilité intervient pour réduire le couple moteur dans un premier temps. Si cela ne suffit pas, il freine alors les roues individuellement, générant ainsi la force de réaction requise pour maintenir le véhicule sur sa trajectoire. Depuis le démarrage de la production en série, Bosch n’a cessé de perfectionner son système de sécurité active, en lui ajoutant peu à peu de nouvelles fonctions. Si la première version pesait encore 4,3 kg, l’actuelle génération 9 n’affiche désormais plus que 1,6 kg dans sa version de base. Au fil des années, le système a ainsi réalisé d’importants gains de poids et de compacité, associés à une forte baisse de son prix.

Il est important de rappeler également qu’en inventant le système électronique de stabilité, Bosch a ouvert la voie au développement des systèmes d’assistance au conducteur et de la conduite automatisée, la rendant encore plus sûre et plus confortable. Qu’il s’agisse d’aide à la conduite sur autoroute ou encore d’aide au stationnement, toutes ces fonctions ont une chose en commun : elles permettent de diriger le véhicule sans l’intervention du conducteur, l’ESP® assurant la mise en œuvre de ces commandes de freinage.

http://www.bosch.fr/

Suivez Electronique Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Electronique Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: