En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Cadlog, le partenaire technologique de référence de l’industrie électronique

Publication: 12 juin

Partagez sur
 
L’entreprise Cadlog, fondée en 1985, est le plus grand distributeur européen de logiciels pour la conception et la production électronique...
 

Aujourd’hui comme hier, et sans doute encore plus demain, l’électronique se positionne comme un élément clé de nos sociétés. Dans ce marché d’importance, Cadlog, partenaire officiel de Siemens Digital Industries Software en France, nous se définist pas comme un simple distributeur de logiciel mais comme le véritable le partenaire technologique de ses clients. Le partenaire recherchant les meilleures solutions technologiques qui permettront aux entreprises européennes de rester compétitives au niveau mondial. Positionnée sur un secteur où l’électronique est omniprésente, Cadlog soutient les donneurs d’ordre ou OEM, les bureaux d’études en conception et les EMS. Le groupe aide l’ensemble de cette industrie à optimiser ses performances durant tout le cycle de vie d’un produit, depuis les phases de conception jusqu’à la fabrication. Des phases qui requièrent des processus extrêmement précis, performants, et des outils exigeants.

« Cadlog est le partenaire de toutes les entreprises qui ont besoin de concevoir, produire ou développer des produits électroniques, » résume Alessandro Balboni, Product Manager pour la partie Manufacturing Operation Management. « Partenaire, cela veut dire aider nos clients à choisir les meilleures technologies pour être le plus performant possible sur leur marché, être innovant au meilleur coût et être compétitif dans un contexte de concurrence internationale ».

En quelques décennies, la production française d’électronique a connu une longue chute du fait de la désindustrialisation. Un phénomène que l’on retrouve dans de nombreux pays européens, à des degrés divers. Mais si la filière électronique est fragilisée, elle n’en est pas moins résiliente. L’objectif du groupe fondé par Filippo d’Agata, PDG actuel de l’entreprise, est de rendre les entreprises européennes les plus compétitives possibles face à leurs concurrents internationaux. « Cadlog est une entreprise spéciale, poursuit le dirigeant italien. Il n’est pas facile de trouver un partenaire connaissant le processus de la conception jusqu’à la production. Cadlog possède une longue expérience et connaît les problématiques du terrain, en France, en Italie, en Espagne, au Portugal, et en Allemagne. Nous travaillons aussi dans d’autres régions du monde, même si nous nous focalisons sur les entreprises dont les sièges sont en Europe ».

« Outre notre connaissance fine des enjeux rencontrés par nos clients, » ajoute Alexis Morlière, Directeur Général de Cadlog France, « notre plus-value est aussi de savoir évaluer, choisir et mettre en oeuvre les technologies capables de soutenir cette transformation numérique. Nous accompagnons les industriels à optimiser leur processus d’introduction de nouveaux produits depuis les phases amont de développement jusqu’à la fabrication ».

Une demande qui se complexifie

L’industrie doit s’adapter aux mutations économiques et notamment celles induites par la vague digitale, l’Internet of Things et les changements d’habitudes des consommateurs. Ces mutations amènent la nécessité pour l’industrie d’embrasser l’industrie 4.0 (digitalisation et automatisation des processus et de l’outil productif), de prendre en compte l’importance du Jumeau Numérique (la clé de voute de l’industrie 4.0 : une représentation fidèle numérique du produit, des processus et des équipements et ressources de fabrication) et enfin la question cruciale du « Lot Size One ». Ce dernier est un enjeu majeur pour les petites et moyennes entreprises possédant des lignes d’assemblages. Du point de vue du fabricant, l’idée principale du « Lot-Size-One » est de pouvoir fabriquer n’importe quel produit, dans n’importe quelle variante, quantité, ordre de séquence, chaîne de production et à n’importe quel moment. Ceci devrait être réalisé sans avoir à redéfinir le business model de l’entreprise ni investir massivement dans les dernières technologies.

« Nous ne faisons plus face à un marché de masse (sauf pour les biens de grande consommation), où vous avez un schéma et vous produisez des millions de produits selon ce même schéma, » explique Alexis Morlière. « Au lieu d’avoir une commande de 10, 20 ou plusieurs centaines de milliers de pièces, vous allez avoir un nombre croissant de commande avec un nombre restreint d’unité à produire allant de quelques dizaines à quelques centaines voire quelques milliers ou dizaine de milliers. La complexité réside donc dans la nécessité de rester compétitif avec des coûts bas et un taux d’usage de la ligne de production suffisant, tout en absorbant une extrême variété de commandes ».

Pour le dirigeant français, l’avenir de la filière passe par un écosystème plus transverse, et des entreprises un peu moins « ultra spécialisées ». « Aujourd’hui, tout est encore très segmenté : le donneur d’ordre va passer une commande auprès d’un bureau d’étude, et le produit sera envoyé à un autre acteur pour la production, » notet- il. « Il faudrait davantage de transversalité et favoriser un écosystème de co-design. Cela permettrait aux acteurs d’optimiser leurs compétitivités en prenant en compte les problématiques amont et aval. Aux concepteurs (Bureau d’études) par exemple de s’assurer que les règles d’industrialisation sont prises en compte et réciproquement aux assembleurs EMS de prendre en compte les règles de l’art en matière de conception de PCB ».

De son côté, son collègue italien Alessandro Balboni, insiste sur l’importance cruciale prise par l’analyse des « datas ». « Le succès d’un produit est lié à la flexibilité de l’entreprise et sa capacité à s’adapter avec efficience… mais aussi à analyser les données, » indique-t-il. « L’avenir pour les entreprises du secteur est de collecter et interpréter les données afin de réaliser des analyses prédictives de l’évolution de la production, mais aussi d’interconnecter les produits. Il y a de nouvelles frontières à découvrir ».

Cadlog en chiffres :

- 4 implantations en Europe

- Support technique disponible en 6 langues

- Actifs dans 13 pays

- Plus de 1400 clients actifs

- Plus de 15000 licences vendues pour le PCB design

- Plus de 150 lignes CMS installées dans 6 pays

- Un support d’assistance 24/7 pour la production

- 15 Millions d’euros de chiffre d’affaires

https://www.cadlog.fr/

Suivez Electronique Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Electronique Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: