En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Les 4 critères d’excellence pour devenir un leader du développement logiciel

Par Olivier Brot, directeur commercial pour l’Europe du Sud et le BeNeLux, New Relic

Publication: 14 janvier

Partagez sur
 
Si les entreprises ont bien conscience que l’expérience client qu’elles offrent dépend en grande partie du fonctionnement optimal de leurs logiciels et de leurs systèmes, une grande partie d’entre elles ont d’ailleurs fait du développement et du déploiement de meilleurs logiciels une priorité stratégique...
 

Malgré cela, les utilisateurs continuent de subir des pannes et les entreprises d’enregistrer des pertes financières en raison de ces problèmes. Cela démontre qu’il leur reste encore du chemin à parcourir avant que l’expérience client n’atteigne un niveau optimal.

En faisant de l’optimisation logicielle une de leurs priorités, les entreprises constatent également une augmentation de leur chiffre d’affaires par rapport à leurs concurrents. Cela indique que cette approche en matière de développement logicielle a un impact sur l’accélération de leur succès en général. En outre, le fait d’avoir moins de problèmes à résoudre leur permet de laisser à leurs développeurs plus de temps à consacrer à l’innovation continue.

Alors, quels sont les fondamentaux de l’optimisation logicielle ? Afin d’être considérées comme leaders en matière d’IT et de logiciels, les entreprises doivent répondre à 4 critères d’excellence et un pré-requis, la résilience numérique.

L’optimisation logicielle dépend de la maturité du cloud

Avec la généralisation de l’adoption du cloud ces derniers mois, les avantages qu’il apporte sont désormais bien connus : en migrant leurs systèmes vers le cloud et en développant des applications spécifiquement pour cet environnement, les entreprises bénéficient d’une production, d’un déploiement et d’une gestion plus rapides de leurs logiciels. Plus une entreprise est avancée dans le cloud et a migré ses logiciels et systèmes, plus elle s’assure d’optimiser ses logiciels. Certaines entreprises vont même plus loin et ont adopté une approche cloud-native.

Les raisons pour lesquelles les entreprises déjà bien avancées n’adoptent pas plus largement le cloud tiennent principalement aux questions de sécurité et de réglementation ; en cela, elles diffèrent des entreprises qui sont en retard dans leur stratégie cloud, dont les raisons sont liées à un manque de compétences et à des difficultés à investir à fonds perdus dans l’infrastructure sur site.

Maîtriser l’observabilité, un élément clé

L’observabilité désigne une vue connectée de toutes les données de télémétrie et de performance dans un seul endroit, qui permet de maîtriser proactivement et en temps réel les performances de l’activité digitale, d’accélérer l’innovation et les déploiements logiciels, et de diminuer la charge de travail et les coûts. Elle s’appuie sur la collecte, la visualisation et l’analyse exhaustive de la télémétrie d’un système au sein du cycle logiciel.

L’observabilité est un élément essentiel au développement et à l’optimisation des performances logicielles car elle aide les développeurs à innover, tester et déployer plus rapidement de nouvelles fonctionnalités et applications sans que le reste du système ne soit impacté. Elle se caractérise par un pourcentage élevé d’instrumentation des systèmes IT et un temps moyen de détection (MTTD) pour les problèmes logiciels bas.

Les entreprises qui comprennent le rôle indispensable de l’observabilité logicielle en faveur de leur développement informatique ont déjà fait un pas de plus vers l’optimisation de leurs logiciels. Grâce à l’observabilité, elles sont directement informées des interruptions qui surviennent dans leurs systèmes, sans devoir attendre que leurs clients le leur signalent, ce qui, en termes de relation commerciale, est un atout majeur.

Miser sur la visibilité de bout en bout

Dans le prolongement de l’observabilité, il est fortement conseillé aux entreprises de miser sur la visibilité de bout en bout, c’est-à-dire l’intégration des données de performance des logiciels et des systèmes à celles des utilisateurs. Cette technique contribue à améliorer la compréhension de l’impact des modifications apportées aux logiciels sur les clients et les performances de l’entreprise.

C’est effectivement ce qui s’observe sur le terrain : les entreprises considérées comme leaders en matière d’IT et de logiciel ont toutes intégré les données de performances utilisateurs issues de l’ensemble de leurs plateformes et profitent au quotidien de cette amélioration de leur niveau de connaissances pour anticiper les erreurs et les conséquences négatives.

Donner aux équipes les moyens de prendre de meilleures décisions, plus rapidement

Recruter des ingénieurs et développeurs disposant des bonnes compétences est un enjeu majeur pour toute entreprise, et surtout un enjeu payant pour celles qui y parviennent, grâce aux implications positives sur l’optimisation de logiciel. En effet, une fois qu’elles disposent des bons outils et de la bonne organisation, les équipes peuvent alors comprendre plus rapidement les résultats des changements au sein d’un logiciel et ainsi prendre de meilleures décisions. Cela passe notamment par l’adoption d’une culture Devops intégrée qui favorise cette dynamique de prise de décision, les équipes n’ayant pas peur des répercussions qu’elle pourrait engendrer.

Si les entreprises appliquent ces quatre critères d’excellence, elles seront alors en très bonne voie pour accroitre leur résilience, un atout de taille en cette période incertaine. Les derniers mois ont contribué à tester, comme jamais auparavant, la continuité commerciale, l’agilité et la capacité de mise à l’échelle de beaucoup d’entreprises. La crise leur a fait également prendre conscience de l’importance d’avoir une visibilité complète sur leur environnement numérique pour diagnostiquer les problèmes de performance, les comprendre et se montrer proactives dans leur résolution. Si certaines en ont tiré des leçons essentielles pour leur architecture logicielle, elles doivent poursuivre ce travail qui servira également à les transformer en véritables leaders en matière d’IT.

Une fois que les entreprises maitriseront parfaitement ces quatre critères, elles pourront alors aller plus loin dans l’observabilité et dans l’innovation logicielle. En bénéficiant de plus de temps pour innover, les équipes IT seront en mesure de tester de nouveaux processus comme l’intégration et la livraison continues, voire même le « chaos testing », qui désigne l’introduction, de manière délibérée, d’une perturbation au sein du système pour renforcer sa résilience en l’entraînant à y faire face et à résoudre le problème de façon automatique.

http://www.newrelic.com/

Suivez Electronique Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Electronique Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: