En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Numérisation de la main-d’œuvre sans bureau : un potentiel inexploité

Publication: 14 juillet

Partagez sur
 
Les travailleurs sans bureau évaluent la pertinence des technologies numériques et des mégatendances pour leur vie professionnelle quotidienne, telles que l’Internet des objets, la réalité augmentée et l’intelligence artificielle, à un niveau inférieur à celui de leurs homologues travaillant dans un bureau...
 

À l’ère du numérique, quelle est l’importance des technologies futures telles que l’Internet des objets, la réalité augmentée et l’intelligence artificielle pour son propre emploi ? Cette question est fondamentale. Une enquête menée par YouGov pour le compte de l’Institut de recherche Handelsblatt et TeamViewer révèle que la pertinence des technologies numériques n’est pas perçue de la même manière par les travailleurs, selon qu’ils travaillent ou non dans un bureau.

Les travailleurs sans bureau sont-ils les laissés pour compte de la transformation numérique ?

Cette enquête a pris en compte les opinions d’environ 3 160 travailleurs de bureau, 2 000 travailleurs sans bureau et 3 650 managers de dix pays européens. Elle révèle que les travailleurs de bureau évaluent la pertinence des technologies futures pour leur propre profession de manière significativement plus élevée que les travailleurs sans bureau. Lorsqu’on demande aux travailleurs avec et sans bureau quelle importance ont dans leur travail, les technologies et les mégatendances numériques, les employés de bureau ("desk workers") déclarent que ce sont des technologies telles que la cybersécurité (79%) et les technologies de communication numérique/logiciels de collaboration (71%) qui ont le plus d’importance à leurs yeux. Quant aux travailleurs sans bureau ceux qui évoluent sur le terrain, dans le domaine des services comme la logistique ou la production ils placent au premier plan la cybersécurité (52 %) et les technologies de communication numérique/logiciels de collaboration (45 %), bien qu’ils accordent une pondération différente à l’importance de ces technologies.

En revanche, lorsqu’il s’agit de sujets encore plus visionnaires tels que l’intelligence artificielle ou la réalité augmentée, ni les travailleurs de bureau ni les travailleurs sans bureau ne semblent avoir une idée précise de la manière dont ces technologies pourraient façonner leur lieu de travail de demain.

Graphique 1 : Pourcentage d’employés interrogés qui considèrent la technologie/mégatendance respective comme très/assez importante

Une tendance similaire se dessine chez les managers en Europe. Ces derniers s’attendent également à ce que les technologies futures et mégatendances, telles que la cybersécurité (73%) et le cloud computing (58%), soient plus pertinentes pour les emplois de bureau dans les départements de l’entreprise (RH, comptabilité, etc.). Cependant, pour les activités des travailleurs sans bureau dans la logistique et la production, ces technologies sont considérées comme moins pertinentes (cybersécurité 63%, cloud computing 51%). Par ailleurs, ils semblent déjà avoir une meilleure idée que les employés de l’importance qu’auront à l’avenir des technologies telles que l’intelligence artificielle et la réalité augmentée.

Graphique 2 : Pourcentage des employeurs interrogés qui considèrent la technologie respective comme très/assez importante

« L’enquête montre que dans de nombreuses entreprises, il n’y a toujours pas d’idée précise de la manière dont les environnements de travail, au-delà des emplois de bureau classiques, peuvent être inclus dans la transformation numérique », commente Georg Beyschlag, Executive Vice President Strategy & Corporate Development chez TeamViewer. « Pourtant, environ 80 % des employés dans le monde font partie de ce que l’on appelle la "main-d’œuvre sans bureau". Pour la plupart des entreprises, cela deviendra l’un des grands défis de l’ère numérique : comment intégrer ces espaces de travail sans bureau dans les processus numériques afin que ces employés bénéficient également des avantages de la numérisation. Avec les bonnes solutions numériques, les entreprises de toutes tailles peuvent faire progresser la numérisation tout au long de leur chaîne de valeur. »

La technologie améliore le travail de demain

Du côté des salariés, seuls 13 % des répondants craignent que les nouvelles technologies ne prennent le dessus sur leur travail à l’avenir. Cependant, plus d’un quart des employés (26 %) s’attendent à ce que les tâches de routine fastidieuses ou les activités dangereuses puissent leur être retirées par les nouvelles technologies à l’avenir. Les employeurs sont encore plus optimistes. Environ deux tiers (65 %) s’attendent à ce que leurs employés soient soulagés de telles tâches à l’avenir.

Graphique 3 : Pourcentage des employés interrogés et des décideurs d’entreprise qui sont (plutôt) d’accord avec l’affirmation correspondante

Comparaison de l’UE : L’Italie, la Pologne et l’Espagne sont les plus ouverts aux nouvelles technologies

Dans une comparaison par pays, les salariés et les employeurs d’Italie, de Pologne et d’Espagne ont tendance à accorder la plus grande importance à l’influence des technologies futures et des mégatendances numériques sur leur profession. En revanche, les employés et les employeurs des pays du noyau dur de l’UE, à savoir l’Allemagne et la France, n’accordent qu’une note inférieure à la moyenne à l’importance des technologies numériques et mégatendances pour leur profession, ou leur entreprise.

https://www.teamviewer.com/

Suivez Electronique Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Electronique Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: